Biographie 

Je m’appelle Caroline Dodeller, je suis la créatrice de mode et la fondatrice de la marque TIMELESS by EYLLYE.

Issue d’une formation en stylisme de mode, je me suis toujours intéressée aux arts, aux sciences, à la psychologie, mais également aux nouvelles technologies. Mon parcours m’a permis d’aborder la mode avec une vision à 360°: de la création (par le dessin, la conception et la production) à la vente d’un produit. Mon expérience au contact de la clientèle, m’a permis d’aborder la création de manière différente. En considérant l'état d'esprit, le corps et l'espace, le vêtement s'adapte en mouvement  par la matière, la ligne, la surface, au-delà du temps. 

Cela m’a encouragé à créer une marque qui s’inscrit hors du temps, où les collections ne sont pas figée dans une saison. Les coupes et les matières sont essentielles dans ma démarche créative, tout comme la volonté de proposer un produit éthique et durable. 

"Le vêtement est comme une extension de la personnalité, qui établit un équilibre entre être et paraître."

   

A l'origine du minimalisme

D’origine franco-allemande, déjà enfant, je me passionnais pour l’art et la mode. Influencée par mes origines germanique, j'aborde la mode manière minimaliste et fonctionnelle. Avide de liberté, de création et de culture et de découvertes, je poursuis mes études  à Paris en Arts Appliqués, je suis initiée à l’architecture, au design et au stylisme. Avec une appétence particulière pour l'architecture contemporaine et minimaliste dans style de Frank Lloyd Wright et la mode sculpturale de Christòbal Balenciaga, je me spécialise, à Lyon, en stylisme/modélisme en apprenant à construire le vêtement sur le corps.

À cette époque, au début des années 2000, j’aime élaborer de nouveaux concept et expérimenter de nouvelles formes de vêtements. Curieuse et à l'affût, l’art et de l’architecture influencent mes créations et collections. Inspiré par un happening de Joseph Beuys, je crée une collection "décisive" de vêtements modulables, en feutre noir souligné de blanc, qui marquait  les fondements de mon concept actuel. Les coupes sont épurées et les couches de matière se superposent comme pour protéger le corps des éléments extérieurs. De là émane cette idée:

  

"Le vêtement est comme une architecture qui vient protéger le corps pour apporter bien-être et confort."

   

Expériences clients

De retour à Paris, après mes études en stylisme, j'apporte mes conseils en boutique aux clientes des grandes maisons de mode. Sur le terrain, l'expérience et le contact avec une clientèle éclectique et internationale, m'enrichissent. Au fil des rencontres avec des femmes de toutes origines et toutes classes sociale, certains constats étaient récurrents. Pour certaines femmes, les vêtements peuvent être synonyme de calvaire ....

Partir en voyage et jamais porter tout ce que l’on a emmener, ou simplement ne pas avoir pris les bonnes affaires. Il y en a toujours un trop ou un pas assez, mais jamais les vêtements qu'il faut. Paradoxalement, beaucoup de personnes font du shopping pour combler un besoin ou une envie du moment, sachant que la valise est déjà pleine. Par ailleurs, cette situation est similaire à la relation que l'on a avec nos placards, où l’on ne porte que le ¼ de notre garde-robe.

Certaines femmes sont en guerre avec leurs corps, les unes n'osent plus montrer leur corps comme dans leur jeunesse, d'autres à cause de leur poids ou quelques "imperfections". Avec l’âge, la plupart se soucient de l’apparence de leur corps, l'aspect de la peau et surtout du regard extérieur face à leur choix vestimentaire. Certaines femmes seniors excluent de leur garde-robe, les tenues décolletées, les manches trop courtes ou les jupes au-dessus du genou, par crainte d’être jugées sur des valeurs esthétiques liées à l’âge. Il peut être compliqué pour certaines femmes de trouver les vêtements adaptés à leur morphologie qui les mettront réellement en valeur, sans contraintes de normes ou de taille. On peut comprendre l’appréhension que peuvent avoir certaines femmes dans cette société hyper-codifiée, où le paraître passe souvent avant l'être. L'important est de trouver un juste équilibre pour accéder au bien-être.

A cette époque, je suis au plus proche et à l’écoute de la clientèle pour saisir leurs besoins, leurs envies et leurs état d’esprit. Avant tout, l’important pour chacune d’entre nous est de se sentir en harmonie avec soi. Le bien-être se ressent dans notre attitude, notre expression, le rapport à l’autre ou dans ce que l’on porte. Peu importe la morphologie ou les diverses petites imperfections, c’est une question d’acceptation et de confiance en soi qui compte. Le vêtement reste essentiellement un moyen de nous embellir, d’amplifier notre personnalité et de traduire qui l’on est.

Tous ces échanges humains, l'attention porté à la clientèle, ont nourrit et conforté mon approche créative du vêtement.

 

Une vision entre Art et Mode

Mon expérience en boutique, au contact de la clientèle, m'ont enrichit tant sur le plan commercial qu'humain, mais le besoin de création me démangeait.

De manière simultanée, je reprends des cours en Arts Plastiques. Je finalise mes études par des mémoires intitulés “Entre Art et mode”, “Archisculpture ou le vêtement autrement” et “Sinnbild”. A ce moment, j'approfondis mon concept et décloisonne les secteurs au delà de la mode en y mêlant divers médiums et inspirations artistiques. Le noir des tableaux de Soulage imprègne mon travail par cette non-couleur qui joue sur la lumière pour révéler les effets de matières. Je joue sur les formes, les pleins et les vides, tout comme avec les contrastes et l’équilibre. Le vêtement est omniprésent dans mon approche artistique, et je suis aussi bien fascinée par l’architecture presque organique de Zaha Hadid que par le jeu de proportion de Le corbusier. Je considère le vêtement comme une archisculpture qui interagit avec son environnement.

Les coupes, épurées et minimalistes à la façon des créateurs nordiques ou japonais, sont réinventées. J’exploite tout le potentiel de la forme pour rendre le vêtement modulable, un peu comme Calatrava le faisait en architecture.

  

"Le vêtement évolue sur/avec le corps et dans/avec l'espace."

   

Le jour en boutique, et le reste du temps la création ne me lâche pas. Je continue mon travail sur le vêtement, développe des modèles et multiplie les collaborations avec divers artistes et intervenants.

 

Créer une mode engagée

Aucun moment n’est réellement propice pour créer son activité, surtout dans le domaine de la mode. Curieuse de tout, je me nourrie de ce qui m’entoure et  me forme afin de créer ma marque TIMELESS by EYLLYE et proposer une autre approche de la mode.

Inspiré de la femme en toujours mouvement, la gamme de vêtements modulables se veut ludique, fonctionnelle et confortable. Ces pièces permettent une fluidité gestuelle et s’adapte à l’état d’esprit comme aux contexte. L’ensemble Anti-aging est également issus du constat sur les besoins et les manques de mes clientes du passé. Le bien-être et le rapport au corps sont primordiaux, et mon intérêt pour l’innovation et les nouvelles technologies m’ont amené à développer cette ligne capsule.

Suis alors l’opportunité de présenter une nouvelle collection à la Vancouver Fashion week. Dans une même lignée minimaliste et graphique, la garde-robe se dote de coupes plus variées et un choix de matières plus vaste. La collection est plus diversifiée et se compose d’inconditionnels basiques, de vêtements modulables et d’accessoires.

Souhaitant rester sur un crénaux slow-fashion, je positionne Timeless by Eyllye sur une offre de produits limités, avec une garde-robe qui se complète au fil du temps.


Le produit a été ajouté pour comparaison