Biographie 

portrait Caroline Dodeller

Je m’appelle Caroline Dodeller et récemment j’ai créée ma marque de vêtements et accessoires TIMELESS by EYLLYE.

Issue d’une formation en stylisme de mode, je me suis toujours intéressée aux arts, aux sciences, à la psychologie, mais également aux nouvelles technologies. Mon parcours m’a permis d’aborder la mode avec une vision à 360°: de la création (par le dessin, la conception et la production) à la vente d’un vêtement. Mon expérience au contact de la clientèle, m’a permis d’aborder la création de manière différente, afin qu’un vêtement s’adapte à la vie quotidienne et réponde à certains besoins.

Cela m’a encouragé à créer une marque qui s’inscrit hors du temps, où les collections ne sont pas figée dans une saison. Les coupes et les matières sont essentielles dans ma démarche créative, tout comme la volonté de proposer un produit éthique et durable. 

"Le vêtement comme une extension de la personnalité, qui établit un équilibre entre être et paraître."

   

De l’art et de la mode

D’origine franco-allemande, déjà petite je me passionnait pour l’art et la mode. Certainement que mon côté germanique est à l’origine de mon goût pour les choses pratiques et minimalistes. Avide de liberté et de découvertes, je décide de suivre des études post-bac en Arts Appliqués en région parisienne, où je suis initié à l’architecture, au design et au stylisme. Mon coeur balance entre l’architecture contemporaine façon Frank Lloyd wright et la mode dans la lignée de Christòbal Balenciaga pour la suite de mes études… Finalement, je pars à Lyon afin de me spécialiser en stylisme/modélisme et apprend à construire le vêtement sur le corps.

À cette époque, au début des années 2000, j’aime élaborer de nouvelles formes de vêtements. Dans un esprit de recherche, je m'imprègne de l’art et de l’architecture pour développer mes collections. M’inspirant d’un happening de Joseph Beuys, je crée une collection de vêtements modulables en feutre noir souligné de blanc. Les coupes sont épurées et les couches de matière se superposent comme pour protéger le corps des éléments extérieurs. De là émane cette idée:

  

"Le vêtement est comme une architecture qui vient protéger le corps pour apporter bien-être et confort."

   

De l’autre côté du miroir

Suite à mes études en stylisme, je reviens à Paris. Le contexte fait que je commence ma vie active au contact de la clientèle plutôt que dans les studios de création. Durant plusieurs années, je travaille en boutique, pour diverses marques de mode créateurs, luxe et haut-de-gamme. Sur le terrain, je vit une expérience très riche en conseillant une clientèle nationale et internationale aussi diverse que variée.

Je rencontrais régulièrement des clients habitués aux voyages et je constatais que les les problématiques étaient souvent les mêmes, quelque soit la classe sociale. La plupart des femmes se reconnaîtront....partir en voyage et jamais porter tout ce que l’on à emmener, ou simplement ne pas avoir pris les bonnes affaires. Il y a toujours un trop ou un pas assez, mais jamais un juste milieux. Paradoxalement, beaucoup font du shopping pour combler un besoin ou une envie du moment sachant que la valise est déjà pleine. Par ailleurs, c’est un peu le reflet de nos placards, où l’on ne porte que le ¼ de ce qu’il y a dedans...

Parfois, j’habillais aussi des femmes qui n’osaient plus montrer leur corps comme dans leur jeunesse. Avec l’âge, la plupart se souciait de l’apparence de leur corps et du regard extérieur face à leur choix vestimentaire. Elles ne se sentaient pas à l’aise en portant des tenues décolletées, des bras nus ou une jupe au-dessus du genou. Elles craignaient d’être jugées sur des valeurs esthétiques liées à l’âge. Je pouvais comprendre avec empathie l’appréhension de mes clientes.

A cette époque, je suis au plus proche et à l’écoute de la clientèle pour saisir leurs besoins, leurs envies et leurs état d’esprit. Avant tout, l’important pour chacune d’entre nous est de se sentir en harmonie avec soi. Le bien-être se ressent dans notre attitude, notre expression, le rapport à l’autre ou dans ce que l’on porte. Peu importe la morphologie ou les diverses petites imperfections, c’est une question d’acceptation et de confiance en soi qui compte. Le vêtement reste essentiellement un moyen de nous embellir, d’amplifier notre personnalité et de traduire qui l’on est.

Tous ces échanges humains, l’écoute, le conseil et la relation à la clientèle ont nourris et conforté mon approche de la créative du vêtement.

 

Histoire d’arts: cet incessant besoin de créer

Bien que mon expérience m’a permis de découvrir tout ce qui a trait à une boutique ainsi que la logistique y afférant, le besoin de création me démangeait. Bien souvent, dans ce secteur, on est amené à effacer physiquement sa personnalité et avoir une organisation militaire s’avère indispensable.

De manière simultanée, je reprends des cours en Arts Plastiques. Je finalise mes études par des mémoires intitulés “Entre Art et mode”, “Archisculpture ou le vêtement autrement” et “Sinnbild”. A ce moment, j'approfondis mon concept et décloisonne les secteurs au delà de la mode en y mêlant divers médiums et inspirations artistiques. Le noir des tableaux de Soulage imprègne mon travail par cette non-couleur qui joue sur la lumière pour révéler les effets de matières. Je joue sur les formes, les pleins et les vides, tout comme avec les contrastes et l’équilibre. Le vêtement est omniprésent dans mon approche artistique, et je suis aussi bien fascinée par l’architecture presque organique de Zaha Hadid que par le jeu de proportion de Le corbusier. Je considère le vêtement comme une archisculpture qui interagit avec son environnement.

Les coupes, épurées et minimalistes à la façon des créateurs nordiques ou japonais, sont réinventées. J’exploite tout le potentiel de la forme pour rendre le vêtement modulable, un peu comme Calatrava le faisait en architecture.

  

"Le vêtement évolue sur/avec le corps et dans/avec l'espace."

   

Le jour en boutique, et le reste du temps la création ne me lâche pas. Je continue mon travail sur le vêtement, développe des modèles et multiplie les collaborations avec divers artistes et intervenants.

 

L’envie de concrétiser

Aucun moment n’est réellement propice pour créer son activité, surtout dans le domaine de la mode. Curieuse de tout, je me nourrie de ce qui m’entoure et  me forme afin de créer ma marque TIMELESS by EYLLYE et proposer une autre approche de la mode.

Inspiré de la femme en toujours mouvement, la gamme de vêtements modulables se veut pratique et confortable. Ces pièces permettent une fluidité gestuelle et s’adapte à l’état d’esprit comme aux contexte. L’ensemble Anti-aging est également issus du constat sur les besoins et les manques de mes clientes du passé. Le bien-être et le rapport au corps sont primordiaux, et mon intérêt pour l’innovation et les nouvelles technologies m’ont amené à développer cette ligne capsule.

Suis alors l’opportunité de présenter une nouvelle collection à la Vancouver Fashion week. Dans une même lignée minimaliste et graphique, la garde-robe se dote de coupes plus variées et un choix de matières plus vaste. La collection est plus diversifiée et se compose d’inconditionnels basiques, de vêtements modulables et d’accessoires.

Souhaitant rester sur un crénaux slow-fashion, je positionne Timeless by Eyllye sur une offre de produits limités, avec une garde-robe qui se complète au fil du temps.


Le produit a été ajouté pour comparaison